Conférence Le Patrimoine géologique

15 Décembre 2018

Conférence de Patrick de Wever : Le Patrimoine géologique

Présentation du 15 Décembre 2018

P. de Wever, ex directeur du Laboratoire de Géologie du Museum, membre de la Conférence Permanente du Patrimoine géologique est à l’origine des éléments de la démarche engagée (2009) pour la réalisation de l’inventaire du patrimoine géologique français.

15 Décembre 2018

La notion de Patrimoine Géologique évoque pour beaucoup d’entre nous, la conservation d’un squelette de dinosaure ou d’un crâne et mandibules plus ou moins bien identifiés d’un Néanderthalien.
La Conférence concernant le Patrimoine Géologique National, présentée, le 15 décembre à la Maison des Associations de Versailles, par le Professeur Patrick De Wever du Muséum National d’Histoire Naturelle, devant une cinquantaine de personnes captivées, a permis de préciser ce qu’il faut entendre par patrimoine géologique et sa protection.
Le patrimoine naturel est ce que l’on tient de nos pères et ce que l’on transmet à nos enfants. « Nous ne tenons pas la terre de nos pères, elle nous est prêtée par nos enfants. » (Anonyme). Le patrimoine géologique est, entre autres, constitué d’objets du passé, liés à une ou plusieurs disciplines de la Géologie s.l. : minéralogie, sédimentologie, tectonique, stratigraphie, pétrographie, géomorphologie, hydrogéologie. Un objet patrimonial peut être considéré comme tel lorsqu’il est non seulement défendu par les locaux (ceux qui le détiennent, en sont le plus proches), mais également par des acteurs extérieurs. La Montagne Sainte-Victoire fait partie du patrimoine naturel pour ce qu’elle est, une montagne, mais également pour ce qu’elle représente, un paysage peint mondialement connu (Cézanne). Elle fait aussi partie du patrimoine géologique car y abondent les œufs de dinosaure (le rhabdodon en particulier).

La Terre conserve la mémoire du passé, aussi bien pour les roches, les fossiles que les paysages. La dalle calcaire à Ammonites de Digne-les-Bains, datée du Jurassique Inférieur, il y a 200 millions d’années, fut classée au patrimoine géologique national lorsque les Japonais décidèrent de l’acheter. En 1992, la ville de Kamaïchi n’a obtenu qu’un moulage des 160 m2 disponibles.
Certaines roches et minéraux ont rang de références patrimoniales tels la kersantite (en Bretagne), la lherzolite (en Ariège), la Cordiérite (Bavière) et aussi le mica biotite.
Si les premières cartes géologiques du Bassin de Paris, établies par Georges Cuvier et Alexandre Brogniart, datent de 1808, le premier Symposium International sur la Protection du Patrimoine géologique a vu le jour en 1991, à Digne où fut adoptée la Déclaration Internationale des Droits de la Mémoire de la Terre, le Patrimoine Géologique étant alors perçu comme le bien commun de l’Homme et de la Terre, un bien non renouvelable.

Les journées nationales et réunions régionales du Patrimoine Géologique, lancées en 1997 et tenues régulièrement depuis, ont permis d’identifier des sites patrimoniaux in situ, sur le terrain et ex situ, au niveau des collections publiques et privées, des musées, des Universités, sources d’archives scientifiques.
Le terme stratotype est utilisé pour définir une durée limitée de temps géologique, caractérisée, pour une couche donnée, par une faune et une stratigraphie particulières. Ainsi Alcide d’Orbigny a-t-il décrit, près d’Etampes, le Stampien, étage situé, à la base de l’Oligocène. Lutétien (Eocène) et Barrémien,(Jurassique inférieur), ce dernier niveau étant célèbre pour ses Ammonites hétéromorphes et déroulées, représentent 2 des 43 stratotypes décrits en France.
Identifier et répertorier les objets géologiques remarquables, partager la connaissance géologique régionale avec la population, préserver ce patrimoine naturel et le valoriser en sensibilisant le public aux sciences de la Terre et à leurs enjeux pour l’avenir, ont conduit à réaliser un Inventaire National du Patrimoine Géologique. Le public dispose aujourd’hui de guides géologiques régionaux, de balades géologiques sous forme de promenades réelles ou virtuelles (en ville, notamment) et bénéficie du réseau de lithothèques académiques. Chacun est aussi invité par le BRGM à découvrir l’Allée du temps et la Géologie de la France.
En Ile de France, les espaces protégés (sites classés) concernent les carrières souterraines de craie de Meudon, les Falaises de la Roche-Guyon et la Forêt de Moisson.
Les sites géologiques de L’Essone, de Vigny Longuesse (Val d’Oise) et de Limay (Yvelines) font partie des réserves naturelles protégées.
Les deux sites d’intérêt géologique (géotope) dans les Yvelines, celui de Grignon-Thiverval d’une part et de Beynes (Ferme de l’Orme), d’autre part, sont les premiers à faire l’objet d’un Arrêté Préfectoral pour protéger la faune lutétienne, ici particulièrement riche en mollusques.
La valeur du Patrimoine Géologique est d’ordre scientifique, pédagogique, culturel, touristique, social, écologique et économique. Grâce à l’inventaire confié à la Commission Régionale du Patrimoine Géologique (CRPG), les collectivités territoriales disposent maintenant d’une information de qualité, validée et accessible sous forme d’une base essentielle pour localiser les enjeux géologiques dans le cadre des documents d’urbanisme (planification).

"Nous ne tenons pas la terre de nos parents, elle nous est prêtée par nos enfants".

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP
Informations légales : Toutes les images et tous les textes présents sur ce site Web ne peuvent être dupliqués ou utilisés sans l'autorisation de l'Association des Naturalistes des Yvelines. contact@any78.org