Champignonnière des Carrières

Visite du 30 mars 2019

30 mars 2019, Champignonnière des Carrières par une journée chaude et ensoleillée.

Devant le succès obtenu par la visite du 26 janvier 2019, les deux associations, l’ANY et Les vergers de Mareil ont organisé une seconde session de cette excursion. Les représentants de l’ANY furent nombreux, venus en famille pour plusieurs couples. Il faut dire que les enfants furent particulièrement attentifs et curieux sur les modes de culture des quatre espèces de champignons cultivées dans la carrière, creusée au XIXe siècle pour l’extraction de la chaux agricole.
La visite fut la même que la précédente, limitée toutefois à la stricte culture des champignons. Il faut bien avouer que M. A. Moioli, champignonniste depuis l’âge de 14 ans, descendant d’une longue lignée de cultivateurs du champignon de Paris, Agaricus bisporus, voisin de l’Agaricus campestre bien connu (5 générations) connaît tout de la production de cet Agaric.

Le mode de culture qu’il pratique est à la fois moderne par l’utilisation de sol stérilisé et pasteurisé d’une part, et la culture dans des tunnels à température et humidité contrôlées d’autre part ; et traditionnelle, toutes les manipulations étant manuelles. Ces pratiques sont bien différentes de celles employées par ses ascendants. Il utilise des plateaux métalliques, de 2m x 1,5m et à claire-voie. Sur un support plastique il étale un mélange de fumier de cheval, de terreau et de calcaire qu’il homogénéise parfaitement bien, stérilise et pasteurise à 65°C lui-même. La « semence » utilisée est un amas de mycélium préparé par un laboratoire. Il s’agit un clone mis au point par l’INRA qui impose cette sélection. Evidemment Interdiction pour M. Moioli de cultiver tout sujet prélevé dans la nature même s’il s’agit de la même espèce, sous peine de voir détruire, par les Autorités, toute sa production susceptible d’être contaminée par les spores qui se déposeraient et pourraient produire des mycéliums donnant eux aussi des champignons.
Après ensemencement, il faut attendre 2 semaines avant de récolter pendant 4 semaines. Ensuite, la production est insuffisante et les casiers mis à l’extérieur pour être vidés et nettoyés.
Pour le producteur, un grand souci existe concernant la sélection du clone sélectionné imposé par l’INRA qui est le même que celui cultivé par les 5 champignonnistes restant en Îe-de-France : si une brusque attaque virale ou bactérienne arrive, ce sont toutes les cultures qui seront affectées entrainant la ruine de tous les cultivateurs.

Quant aux pleurotes et pholiotes leur culture tient compte de leurs exigences. Le substrat doit être riche en éléments ligneux puisqu’il s’agit de champignons vivant sur les arbres. Pour ces espèces, les mélanges ensemencés sont conditionnés et fournis par le laboratoire sélectionneur. Ces champignons ont besoin d’un léger éclairage diurne bien que non chlorophylliens.

Danielle Callen (ANY)
(Photos Danielle Callen)

info portfolio

Entrée Agaricus bisporus Angel M Pleurotes jaunes Pleurotes jaunes Pholiote du peuplier Tunnel de culture

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP
Informations légales : Toutes les images et tous les textes présents sur ce site Web ne peuvent être dupliqués ou utilisés sans l'autorisation de l'Association des Naturalistes des Yvelines. contact@any78.org